Santenay : ses vins, ses vignerons (Olivier, Clair, Muzard, Vincent..) …et ses grumeurs



Pour compléter le récit d’un week end en Bourgogne entre amis, voici le résumé de notre périple au pays de Santenay.

16h30 : Passage à la salle des fêtes pour enquiller déguster les vins du pays. On passe à côté des vins de Jean Marc Vincent (bio) dont on avait entendu parlé. Trop jeunes simplement, à regouter. Par contre, belle surprise du côté des rouges 2009 des frères Muzard. C’est précis, puissant, parfois épicé, offrant un très bon rapport qualité/prix/plaisir pour 15/20€. Le top en rouge!
Très beau « Comme dessus » 2007 en Blanc chez Roger Belland.
A surveiller aussi les productions des domaines Lequin Colin (en reconversion bio) et JB Clair (beaux terroirs à l’appui).

Caveau du domaine olivier
Caveau du domaine Olivier à Santenay


17h30 : Visite chez Antoine Olivier
Le fils de « Dédé » est un personnage haut en couleur (sans jeu de mot) et cela fuse. On sent l’énergie, l’envie, le plaisir que ce vigneron transporte. Il a décidé de faire du bon vin et pari plus fou encore, de bons Santenay blancs. Il y arrive !
** Le temps des cerises : un vin de soif rouge, sur le fruit, du plaisir en quille
** Santenay Beaurepaire 2008: Un rouge encore sérieux, mais une complexité naissante intéressante. Si le Santenay a longtemps servit a renforcer les Pommard un peu légers, on sait pourquoi!
** Santenay Blanc champs Carafes : Un nez toasté lié au travail des levures et de la lie (et non du fut me dit il). On « batonne » sévère dans le coin! Nez avenant, belle longueur et beau gras venant d’un sol sableux et filtrant. Bon Rapport qualité prix.
** Mais ce n’est que le début. On continue avec « Sous la Roche » : Des vignes plus basses, plus exposées Sud, un sol pauvre. Elégant!
** On monte encore d’un cran avec Les Bievaux 2008 qui devrait encore se libérer.
** Beaurepaire est un peu fermé mais je ne peux que croire Antoine lorsqu’il dit que le vin va s’émanciper avec les années et prendra le dessus sur Bievaux (à condition de bien l’encaver). La classe!

L’homme a de la bonne humeur et des projets a revendre : améliorer le travail de négoce et assurer la reconversion bio des 10ha du domaine des 2011. Un domaine a suivre. D’ailleurs, vous pourrez le retrouver sur les salons des vignerons indépendants.

19h30 Apéro pour le rassemblement de la confrérie des Grumeurs de Santenay.
« Grumer », c’est l’art d’ « Absorber une petite quantité de vin en bouche et l’envoyer doucement vers le fond de la gorge » nous dit Wikipedia. Cet art a sa confrérie (leur site ici) : les Grumeurs de Santenay qui nous ont recu dans le beau Chateau de Santenay à coups de corps de chasse. Nous y étions pour y faire un superbe repas préparé Jerome Brochot et pour y introniser un ami.
Encore du plaisir avec le blanc « Sous la Roche 2007 » d’Olivier sur une soupe de cèpes aux éclats de chataignes et le rouge du Chateau de la Crée sur une noix de veau (12h de cuisson lente…un régal!).
Pour le reste, on a bien ri…

Voilà, ce festin sonnait la fin de notre périple en Bourgogne.
Ces aventures nous auront permis de découvrir la nouvelle génération des vignerons de Santenay et cela me fait grand plaisir de vous avoir présenté ces dignes représentants !

Autres articles à lire:

6 commentaires sur “6”

  1. Quel WE et quel voyage!
    L’acceuil des grumeurs est vraiment exceptionnel. Vivent les amis! Vive le vin!Vivent les grumeurs de Santenay

  2. Et n’oubliez pas de repérer les bonnes parcelles sur la carte !! 🙂
    Très sympathique de revivre le périple avec ces articles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*