Primeurs à Bordeaux : Le divorce

Arfff…Smith à plus de 100€, Pichon Comtesse à plus de 160€, Beycheveilles à plus de 70€ (HT bien sur)…

Si on estime que les prix payés pour acheter du vin aux enchères sont des prix justes, issus d’une rencontre de l’offre et de la demande, cette image tirée d’un article de IdealWine, permet de mesurer le décalage entre les prix actuels des primeurs (censés être une bonne affaire) et le prix que le marché estime juste ou acceptable.

Il annonce un détournement probable de la demande française, européenne et américaine tout au moins envers les grands vins de Bordeaux.

Divorce ? Bulle spéculative ? Boycott ? … prenez le comme vous voudrez.



Restent des alternatives intéressantes :
– se tourner vers certains « challengers » dont nous parlions ici
– préférer les autres régions viticoles de France et d’ailleurs
– acheter les vins aux enchères (mais s’il y a moins de vins achetés en France, il y aura bientot moins de vins à vendre aux enchères)

 

 

Autres articles à lire:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*