Mais ou et donc Cahors ?


Ce jour là, Cahors avait pris ses quartiers aux pieds de la Tour Eiffel. 33 vignerons y présentaient en effet leurs dernières cuvées et je n’ai pas manqué d’y faire un tour; mes dernieres expériences avec « Catherine et les Garçons » ayant largement éveillé mon intérêt pour ces vins.

Cahors en bref…, c’est 4 000 ha en AOC et 430 exploitations où le malbec règne en maitre (il entre à hauteur de 70% minimum dans les assemblages des vins de l’AOC, voire plus dans les cuvées dites « prestige » ou « spéciales ») . Dommage que cela exclue les blancs comme le blanc sec 2007 (Vin de lune) du Clos Triguedina et d’autres.

A l’image de ma dernière expérience avec les vins de Corbières, cette dégustation des vins de 16 domaines, montre a quel point les vins de l’AOC Cahors sont loin des canons de rusticité qu’on peut avoir en tête. Les efforts lancés en 2006 ont payé.

Le fruité des jeunes « prestige 2008 » du Château Haut Montplaisir (100% malbec, vignes de 40ans, culture bio, 40hl/ha, vinif en cuve puis élevage de 22 mois en fut) le montre. C’est frais et tendre pour moins de 11 € ! (sur un millésime que peu des vignerons présents ce jour là avaient sublimé). Idem avec la cuvée prestige 2009 du Château La Reyne proposant un fruité soyeux tout en élégance à moins de 9€ !

J’ai particulièrement apprécié les 2 vins de Mas Del Perie dont la Roque 2010 pour son fruit (mais comment font ils pour vendre le flacon a 12.5€ avec un rendement de 17 hl/ha en culture AB Demeter ?!) – et Les Acacias 08 toujours dans l’équilibre mais plus vineux et riches.

Confirmation aussi avec le Château du Cèdre (le seul domaine présent que je connaissais déjà puisque Le Clos Triguedina et le Dom. Cosse Maisonneuve ne sont pas venus…) avec un Cèdre 2009 étonnamment avenant dans sa jeunesse . Il semble bien que les années d’extraction et de boisé extrêmes dont bon nombre de LPViens se sont plaints faute de patience, sont derrière nous (depuis 2005 me dit Mr Verhaegue).

En plus du Ch. De la Reyne, il faudra suivre le Château du Cayrou dont Herve Lalau s’est déjà fait l’écho.



Les points communs de ces coups de cœur : des vins 100% malbec, des cultures respectant leurs origines (1 domaine en biodynamie, 3 en bio, 1 en conversion bio) sur des terroirs pourtant différents (graves-alluvions/terrasses/plateau), preuve qu’on peut faire bon partout et plus facilement en 2009 et 2010.

Il y a là de bonnes raisons pour mettre en cave quelques bouteilles à prix modéré. Beaux plaisirs assurés d’ici 5 ans !

Plus d’info sur vindecahors.fr
A noter la possibilité de découvrir les vins à Cahors au « Cahors Malbec Lounge »

Autres articles à lire:

1 commentaire sur “1”

  1. Les autres cuvées haut de gamme (> 20€) remarquables : celle du Château Gaudou avec sa Reserve caillau 09 (16.5/20 BD) et celle du Ch Lamartine avec son Expression 2009. Des vins qui iraient tres bien en costard « Malbec in black »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*