Les vignes du facteur Scherer- Domaine Agarrus

Serge Scherer était facteur. Et il a un projet un peu fou comme le facteur cheval :
Avant de partir à la retraite, il s’est lancé en 2007 dans la création d’un domaine viticole avec 0.87 ha.
Il a alors enduré 2 métiers en même temps : facteur le matin, vigneron l’apm…
Désormais il gère 10.5 ha… seul !

Ses ambitions de départ :

  • faire un vin, pas du vin
  • faire propre
  • faire local

Je pense qu’on peut rajouter la volonté de proposer des vins à des prix accessibles, Serge ayant un côté militant à ce sujet et le gros de ses ventes concerne des bouteilles à 8 / 10€.


Les 10.5 ha de vignes du domaine Agarrus poussent entourées de garrigues, sur des sols pauvres (1.7% de matières organiques) et peu profonds.
La vigne est enherbée dans chaque rang, il enrichit l’engrais vert par l’épandage de composts.
Les rendements sont faibles, en moyenne autour de 25 hl/ha
En 2017 (sécheresse) et 2018 (mildiou), les rendements furent bien inférieurs mais 2019 fut une année plus généreuse.
Les vendanges sont manuelles.
En cave, Serge laisse faire levures présentes et utilise très peu de soufre voire pas, sans s’interdire d’en utiliser, à la mise notamment pour une meilleure conservation. Ceci étant il ne revendique pas produire des vins natures.
Il mentionne le plus souvent l’IGP Cevennes sur ces étiquettes.

SES VINS

2 blancs

  • l’un avec du Colombard et du grenache, aromatique fenouil, asssez gras
  • le second 100% grenache blanc, plus tendu, j’aurais pensé a un chenin du sud…
    … les 2 sont remarquables de buvabilité.

Le rosé « Chapeau de paille » 50% de grenache, 25% de syrah, et le reste majoritairement du carignan
La buvabilité frappe encore, mais c’est long, grâce à de beaux amers obtenus sans doute avec un brin de sous maturité.

On passe aux rouges :

Insoumis
Carignan effectivement insoumis, avec une pincée de volatile qui a amené Serge a filtre le vin pour que cela reste dans les limites de l’acceptable.
Avec 50% de raffle, il a du caractère et un beau fruit derrière.

Le Grenache de la cuvée du facteur :
Belle structure, sur l’élégance

Clos d’Ozon 17
50% de syrah, 35% de grenache, 15 % de tempranillo, 19 jours de macération
J’aime cet équilibre et je sais que ma douce aussi. 8 /10€ Rapport prix plaisir imparable. Je commande

Les toiles 18
Duché d’Uzes – 21 j de macération
Très beau vin, légère rafle ou des tanings gentiment anguleux, une cuvée que je trouve plus amibitieuse qui nécessiterait un peu de garde mais Serge n’est pas de cet avis

L’Équilibriste
Une selection des meilleurs Syral sur un sol plus argilo que calcaire
Un vin Profond malgré seulement 9 jours de macération – C’est mur, les tanins sont très doux, beaucoup de matière. Cette fois Serge recommande la garde. Cela pourrait devenir une grande surprise.

SES PROJETS

Serge semble porté par son projet. Et ce projet fait des petits :
Il continue d’aller de l’avant et vient d’acheter 1.5 ha de vieilles vignes de grenache sur calcaire.
Il y a aussi des terrains qu’il compte planter avec du cinsault, du macabeu…
ET puis il y a ce projet d’un nouveau chai tout prêt de ses vignes qui avance bien.

Jusqu’à quand pourra t’il porter tous ces projets seul tout en continuant de gérer plus de 10ha et produire plus de 48 000 cols par an ?
C’est un furieux passionné et un travailleur acharné au delà de sa bienveillance. Impressionnant !

Pont du gard by night sans filtre

D’AUTRES VIGNERONS A VOIR DANS LE COIN ?

– Raphael Dubois et les Vignes Rouges – Tres beau « temps d’un été » qu’on dirait rhodanien bien qu’il soit constitué de 85% d’ALicante (orienté nature mais vins nets)
– Valentin Valles (orienté nature)
– Sebastien Carillon (orienté
– Par cressance (orienté bio, peu de sulfites : les 2 vins dégustés contenaient 20mg/l)
sans doute bien d’autres mais je ne les connais pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*