Benoit Landron Chartier et les beaux Coteaux d’Ancenis

 

Dans mon dernier post listant les domaines les plus recommandables de Loire Atlantique et plus particulièrement du Muscadet, je citais Benoit Landron Chartier comme grand outsider des domaines les plus connus.

Rien de mieux qu’une visite sur place, à Ligné, entre Ancenis et Nantes pour vérifier cela !

En route :

Benoit est arrivé au domaine géré par son père Bernard (famille Landron) et sa mère Françoise en  2008. La surface est depuis passée de 19 à 30 ha avec 1/3 de la surface couverte par du melon de Bourgogne, 1/3 de gamay et 1/3 de cépages divers (principalement de la Malvoisie ou pinot gris alsacien).

Les vignes sont réparties sur 3 zones assez dispersées:
– à Ligné au Bas Ponceau (mica schistes)
– à Oudon (ortho gneiss) dont le très beau Clos St Aubin en photo (avec vue sur la Loire et ses typiques coteaux qui la bordent le long de la rive droite)
– à St Gérion avec notamment de belles Malvoisie de  80 ans.

La culture est en bio depuis  2010/2013 avec un travail intégral du sol. Chaque année l’équipe arrache et replante de 0.5 à 1 ha  (afin de remplacer les clones des années 80/90)

Les vendanges se font sur des raisins très murs et majoritairement à la main, sauf les vignes utilisées pour la production de BIB, du moins pour le moment car Benoit ne se satisfait pas de la qualité des raisins bien murs récoltés avec la machine à vendanger.

Peu interventionniste à la cave, il laisse les Muscadet faire leur fermentation malolactique et n’ajoute pas de levures. Il ne sulfite qu’à la mise (2g) et se met petit à petit a faire des cuvées sans soufre ajoutée.

 

Il  produit au final une vingtaine de cuvées :

– Les pétillants naturels proposés sous le nom « Naturlich » dans les 3 couleurs (avec une préférence personnelle pour la version en blanc constituée d’une majorité de Folle Blanche qui lui donne une trame tendue et une touche originale)

– Les vins de soif : Esprit détente en rouge (un gamay qui offre un rapport qualite prix remarquable!), Melon B (cuvée de printemps en Muscadet qui baigne dans l’huile) autour de 8€

– Les vins de corps : Révélation avec 1 version blanc de Muscadet (typique de Champtoceaux sur 2014 avec ses senteurs de pins), 1  autre version blanc de Malvoisie, un plaisir doucement sucré (très en vogue dans le coin à en juger par le nombre de pancartes MALVOISIE qui ornent les routes) mais pleine de finesse, et Révélation rouge constituée de gamay.

– Les vins d’Esprit dans laquelle je range Le Muscadet Ponceau sur mica-schistes, ainsi que la cuvée Les Clefs  en gamay.

– Les cuvées atypiques car Benoit s’amuse aussi à tester en se basant sur une très solide compétence technique.
De ces test naissent des cuvées hors normes comme sa cuvée orange en Malvoisie (en photo ci-dessous) ou Eteries (gamay élevé dans des vieux fûts à l’air libre avec pigeage quotidien pour « polymériser les tanins  » dit il).

 

Le résultat est là :
– Certaines cuvées sont déjà « sold-out » (même si le gel a un peu aidé, d’ailleurs cela ne va pas s’arranger cette année puisque 50% de la récolte a gelé).
– Et puis parlons qualité : Ponceau (gouté en  10 et 13) est un grand Muscadet, peut être mon préféré, atypique, profondément minéral et malgré tout volage avec ses parfums de fleurs blanches.

Si la qualité perçue des vins blancs du domaine venait confirmer mes précédentes dégustations, la surprise est venue des vins rouges :
Au delà du travail et du talent de la famille Landron Chartier, il y a véritablement du côté d’Ancenis de belles terres à gamay et je comprends dès lors
– pourquoi l’appellation « Coteaux d’Ancenis » existe
– pourquoi on entend parler d’installation de nouveaux vignerons dans le coin.
Sur les  400 ha classés à Oudon, seuls 40h sont cultivés, il y a de la place pour les nouveaux arrivants d’autant que les terres sont bonnes et belles (en coteau comme le nom de l’appellation l’indique). Avis aux aventuriers !

 

Clairement Benoit maitrise son sujet, il aime son métier, l’entente avec ses parents semble totale. Les terres sont bonnes et variées. Et il y a une bonne synergie entre les vignerons du coin… Les ingrédients du succès sont là…

 

Le domaine Landron Chartier est à lui seul une invitation à découvrir les beaux gamay des Coteaux d’Ancenis !
(sans parler de la Malvoisie dont je découvre qu’elle vieillit si bien…)

 

Autres articles à lire:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*