Retours du Minervois

Un passage prolongé dans le Minervois m’aura donné l’occasion de déguster pas mal de bouteilles du coin.

Si je m’attendais à des vins puissants, parfois confits, la surprise (mauvaise) est venue des élevages sous bois et notamment la cuvée haut de gamme Sylla 2010 de Baurie de Maurel.
A ce prix (27€) ; j’ai eu ma dose de bois mais ce n’est pas ce que j’espérais…évier….
Un peu plus de finesse dans le boisé avec la cuvée de Gros et Tollot mais c’est encore trop pour mon palais.

Les vins de JB Senat ont assuré leur standing , en particulier la Nine 18 (15€), avec un juste équilibre entre maturité et la verdeur de la grappe entière. Belle découverte que la cuvée « le bois des merveilles » (25€) qu’une noble astringence invite à encaver.

Les belles surprises sont venues :

  • des vins natures de Benjamin Taillandier, en particulier Viti Vini Bibi, dans le même esprit que la Nine (12€)


  • des vins du Clos Centeilles. Le domaine fut créer par Patricia Boyer Domergue en 1990. Elle y a fait vivre avec son mari 6 personnes a 2.5km des axes routiers dans une maison de 35 m2 sans eau ni électricité. Autant dire ce que fut une aventure !
    Elle en a fait voir aussi à la vigne en remplacant la grande majorité des vignes par des cépages typiquement languedociens en 1995 et 1997 . Elle n’a gardé que 3 ou 4 ha de cinsault et un peu de grenache gris (passant de la taille en gobelet a la taille en cordon , taille courte).
    Elle a ainsi planté Mourvedre, riveirenc, œillade (achat commun de plants avec Thierry Navarre), Morastel, Piquepoul noir…se s’est retrouvée avec une vingtaine de cépages sur 13ha.
    Les vignes qui entourent le domaine bénéficient de sols de grès ou de schistes avec des nappes phréatiques qui leur permettent de résister à la chaleur.
    A la cave aussi les choix de la fondatrice ont été tranchés : 0 bois, 100% d’assemblage… pas fréquent à l’époque et dans le coin.
    Le domaine a depuis été repris par l’une de ses filles, toute autant sensibilisée à la typicité des cépages locaux. Elle entend bien les préserver et les assembler au mieux (d’où des tests permanents et elle a de quoi s’amuser avec cette vingtaine de cépages !).
    Un domaine dont on devrait gentillement entendre parler.

Le coup de coeur est venu des vins de Thierry Navarre mais il est sur St Chinian, j’essaierai donc d’en parler dans un autre article. En attendant, je vais boire ses vins !

😉


Autres articles à lire:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*